Alors que l’expansion de l’énergie prend de la vitesse et que l’intérêt des acteurs régionaux et internationaux s’accroît, voici tout ce que vous devez savoir sur les cinq CPN qui sont les moteurs du progrès.

PETROSEN

Petrosen a été fondée en 1981 et est détenue à 99 % par l’État. Son mandat comprend la recherche, l’exploration, le raffinage, le stockage, la commercialisation, la distribution et les activités industrielles associées dans les secteurs du pétrole, du gaz et de l’énergie. Elle signe des accords d’exploitation conjointe avec toutes les entreprises internationales qui s’engagent dans des activités d’E&P nationales avec une participation minimale de 10%. Cela inclut le développement transnational de 4,8 milliards de dollars du projet Grande Tortue Ahmeyim (GTA) de Bp ainsi que le développement pétrolier en eaux profondes de Sangomar de Woodside, d’une valeur de 4,6 milliards de dollars.

En janvier de l’année dernière, Petrosen a lancé un important cycle d’octroi de licences, avec une douzaine de blocs offshore mis en adjudication. L’entreprise publique soutient également les objectifs du gouvernement définis dans le Code pétrolier et le Plan Sénégal Emergent, notamment l’accès universel à une électricité abordable et fiable pour la nation d’ici 2025 et un ratio de contenu local de 50 % dans l’industrie nationale d’ici 2030. Petrosen est un partenaire majeur d’Energy Capital & Power (ECP) pour la prochaine conférence et exposition MSGBC Oil, Gas & Power 2022.

SMHPM

La Société Mauritanienne des Hydrocarbures et de Patrimoine Minier (SMHPM) supervise l’exploitation et le développement du secteur énergétique mauritanien, créé en 2004 en même temps que ses premiers travaux sur le champ pétrolier de Chinguetti. Le groupe poursuit une approche équilibrée de l’énergie couvrant le pétrole, le gaz, l’hydrogène vert et les énergies renouvelables, avec 28 blocs offshore actuellement ouverts aux appels d’offres, 40 GW en total de protocoles d’accord sur l’hydrogène vert signés l’année dernière seulement et le plus grand volume d’énergie renouvelable par habitant de la région.

Les blocs actifs dans le pays sont exploités par bp, Cairn, Shell et TotalEnergies, notamment GTA avec 15 mille milliards de pieds cubes de gaz, BirAllah avec 13 mille milliards et Banda qui en a un de plus. Le SMHPM est également un fervent partisan du MSGBC Oil, Gas & Power, qui constitue une plateforme de promotion des opportunités énergétiques inégalées de la nation.

GNPC

Créée en 1983, la Gambia National Petroleum Corporation (GNPC) coordonne l’essor de l’industrie énergétique du pays. Avec deux blocs onshore et six blocs offshore actuellement actifs – sous licence de Petronor, FAR, bp, Kosmos et Tullow Oil – la GNPC détient un minimum de 10 % dans les activités de production et d’exploration – notamment 13,64 % dans le champ Jubilee et 15 % dans le champ TEN en tant qu’autorité de l’État sur le développement national du pétrole et du gaz. Le GNPC est responsable du contenu local et a été le premier à mettre en place un système régional d’objectifs de responsabilité en matière de contenu local dans les licences d’exploration, de développement et de production pétrolières, qui ont été actualisées cette année. L’organisation est également partenaire de l’ECP pour la conférence MSGBC Oil, Gas & Power.

PETROGUIN

Créée en 1986, Petroguin est à la tête d’un autre secteur énergétique en phase initiale en Guinée-Bissau. Les réserves de pétrole et de gaz largement inexplorées du pays ont connu un récent regain d’intérêt de la part des investisseurs étrangers, rendu possible par le nouveau code pétrolier de 2014. Ainsi, Petroguin détient des participations de prospection et de production dans des activités nationales menées par la société chinoise CNOOC, la société suédoise Svenska Petroleum Exploration et la société australienne FAR LTD.

La Guinée-Bissau entretient un lien étroit, peut-être unique, avec le Sénégal en tant que doublure de son secteur de l’énergie, aidée par les travaux de l’Agence de coopération entre le Sénégal et la Guinée-Bissau, qui dépend directement des présidents respectifs des pays. Actuellement, Petroguin recherche un entrepreneur en géophysique pour entreprendre des études sismiques complètes de ses champs actifs pour l’évaluation des ressources et la planification stratégique des futures opérations d’extraction.

SONAP

La Société Nationale des Pétroles (SONAP) de Guinée-Conakry est le produit d’une fusion entre l’ancienne CPN du pays, l’Office National du Pétrole (ONAP) formé en 2015, et sa Société Nationale d’Importation de Pétrole en décembre de l’année dernière. La SONAP veille à l’application du code pétrolier révisé adopté en décembre 2014. L’objectif actuel du groupe est l’exploration des réserves, avec des travaux limités menés en 2012 par la société américaine Hyperdynamics, puis en 2018 par TotalEnergies. Cette intention se reflète dans l’article 3 de la Charte des ressources naturelles du pays, conformément auquel les conditions d’appel d’offres sont en cours d’élaboration pour l’octroi de licences pour 22 blocs inexplorés dans le pays.

En mars de l’année dernière, la centrale de 450 MW de Souapiti, l’un des plus grands projets hydroélectriques d’Afrique de l’Ouest, a été mise en service dans le pays, pour un montant de 2 milliards de dollars. En outre, un important terminal d’importation de GNL est également en cours de construction dans la région côtière de Kamsar afin de répondre aux besoins énergétiques d’un secteur minier de la bauxite réformé pour les opérations de raffinage à haute valeur ajoutée. Le directeur général de la SONAP, Amadou Doumbouya, s’adressera aux 1000 délégués de haut niveau réunis lors de la conférence MSGBC en 2022. Suite au succès de l’événement pilote de l’année dernière, la conférence MSGBC Oil, Gas & Power revient pour sa deuxième édition à Dakar en septembre de cette année.

Le programme de deux jours comprendra le très attendu Forum des compagnies pétrolières nationales (CPN) d’Afrique de l’Ouest, qui réunira les dirigeants des CPN de la région pour discuter de sujets tels que les partenariats public-privé, l’équilibre entre investissements étrangers et contenu local, les politiques de transition énergétique, etc. Parmi les premiers intervenants confirmés figurent Yaya Barrow et Kwame Baah-Nuakoh, respectivement directeur général et directeur général du développement durable et des relations avec les parties prenantes de la GNPC, ainsi que Tourad Abdel Baghi, directeur général de la Société mauritanienne des hydrocarbures et de patrimoine minier (SMHPM). D’autres représentants de Petrosen (Sénégal), Petroguin (Guinée-Bissau) et SONAP (Guinée-Conakry) sont attendus lors de cet événement exceptionnel, après le discours d’ouverture de S.E. Macky Sall. Pour participer à ce forum sans précédent sur l’énergie en Afrique de l’Ouest et bénéficier d’un accès sans précédent à des réseaux, à des informations stratégiques et à des opportunités d’investissement, inscrivez-vous sur https://msgbcoilgasandpower.com/.