Mamadou Diop, directeur du marketing et du développement commercial d’Invest in Africa

Trouvez la version anglaise ici

Energy Capital & Power (ECP) s’est entretenu avec Mamadou Diop, directeur du marketing et du développement commercial d’Invest in Africa (IIA), sur la manière dont l’entreprise aide les PME locales à accroître leur participation au secteur pétrolier et gazier du Sénégal. En présentant aux PME un large éventail d’opportunités, en les aidant à obtenir des financements et en promouvant le rôle que les entreprises locales ont à jouer dans le secteur énergétique en plein essor de la région, IIA s’engage à renforcer les capacités locales et à stimuler la croissance socio-économique.

Pourriez-vous nous présenter brièvement Invest in Africa?

Créé en 2012, Invest in Africa est un partenariat intersectoriel d’entreprises qui travaillent ensemble pour renforcer les capacités et le potentiel des fournisseurs/PME locaux en créant un meilleur accès aux compétences, aux marchés et aux financements. Au cœur d’IIA se trouvent nos partenaires : des entreprises internationales et locales de tous les secteurs qui partagent un engagement commun en faveur de l’autonomisation des entreprises locales et de la création d’emplois. IIA est présent dans cinq pays africains, à savoir le Ghana depuis 2013, le Kenya depuis 2015, le Sénégal depuis 2018, la Mauritanie en 2019 et la Zambie en 2020. L’objectif de IIA est de gérer le contenu local pour les entreprises internationales, notamment celles des secteurs extractifs.

Nous sommes venus au Sénégal en 2018 et avons travaillé avec deux des principaux opérateurs du pays, BP et Woodside. Ils avaient pu constater l’excellent travail réalisé par IIA au Ghana et au Kenya, ils nous ont donc demandé de venir au Sénégal, de nous établir et de gérer le contenu local pour eux. Au Sénégal, notre budget est principalement couvert par les opérateurs, BP et Woodside. Nous ne faisons donc pas payer les PME pour les services que nous leur fournissons. En ce qui concerne l’impact que nous avons actuellement au Sénégal, nous avons été en mesure de faciliter ou d’accueillir 57 appels d’offres sur la plateforme IIA et 26 PME locales ont remporté des contrats avec plusieurs acheteurs sur la plateforme (opérateurs ainsi que des entrepreneurs de niveau 1).

L’accès au financement est l’un des plus grands défis auxquels sont confrontées les entreprises en Afrique, très souvent en raison du coût élevé des crédits. Comment l’IIA s’efforce-t-elle d’aider ses partenaires à obtenir un meilleur accès au financement et à être ainsi en mesure d’exécuter effectivement leurs projets?

Ce que nous avons fait ici, à l’IIA Sénégal, c’est recenser les différents défis auxquels les PME sont confrontées pour accéder au financement et nous avons signé un partenariat avec trois banques locales : Orabank, Crédit du Sénégal et Ecobank. L’idée de ce partenariat est que les banques nous communiquent leurs critères de prêt et que, sur cette base, nous identifions les PME de notre plateforme qui répondent à ces critères. Nous préparons ensuite ces PME et les envoyons aux banques pour qu’elles les financent. Cependant, la décision finale revient toujours à la banque, selon qu’elle souhaite financer ou non.

Nous avons facilité des financements d’une valeur de 4,1 millions de dollars depuis l’année dernière seulement. L’objectif de IIA est, d’ici 2027, de faciliter des contrats d’une valeur d’un milliard de dollars aux PME africaines, créant ainsi 100 000 emplois. À ce jour, lorsque nous examinons les impacts, sans tenir compte de notre activité au Sénégal à ce jour, rien qu’au Ghana et au Kenya, nous avons déjà facilité des contrats d’une valeur de 3,5 millions de dollars, et créé ou soutenu 36 000 emplois.

Que fait l’IIA pour promouvoir une plus grande innovation qui permet à vos membres d’augmenter leur productivité et leurs performances, et dans quelle mesure le développement du capital humain ici au Sénégal peut contribuer à cet objectif?

Je pense que le PSE est très important et c’est la vision de S.E. le Président Macky Sall. Comme il y a une nouvelle découverte de pétrole et de gaz au Sénégal, cela tombe pile poil. Par conséquent, nous pensons que l’investissement dans le capital humain est essentiel à la réussite du pays. L’IIA étudie la meilleure façon de travailler avec le gouvernement et de voir comment nous pouvons apporter notre soutien et notre savoir-faire pour aider à atteindre les objectifs du président en termes de stimulation de l’économie locale et de mise en place de programmes qui peuvent être bénéfiques pour nos jeunes et les générations futures grâce à ces nouvelles ressources en hydrocarbures.

Quel rôle croyez-vous que des projets comme Grande Tortue (GTA) ou Sangomar auront dans la transformation de l’industrie sénégalaise et de l’économie du pays au cours des cinq à dix prochaines années?

Nous sommes convaincus qu’il y aura une énorme transformation. Ce que nous constatons actuellement, c’est qu’une poignée de PME locales s’efforcent de respecter les normes internationales dans l’espoir de remporter des contrats avec les différents opérateurs et entrepreneurs. Cependant, dans le périmètre des trois couches, il y a ce que nous appelons parfois “les fruits à portée de main”, où des opportunités immédiates pourraient être saisies par les locaux. C’est la raison pour laquelle le rôle de l’IIA est d’informer les PME locales de ces opportunités, afin qu’elles puissent être pleinement conscientes de ce qui se prépare et se positionner au mieux pour saisir ces opportunités commerciales. Car, en fin de compte, si les PME locales ne sont pas conscientes des principales opportunités dans le secteur du pétrole et du gaz, elles seront saisies par les entreprises étrangères.

C’est pourquoi l’IIA les informe et les soutient, et les aide à se conformer aux normes internationales. C’est la raison pour laquelle nous organisons régulièrement des ateliers pour aider ces PME locales à se mettre à niveau. En outre, c’est la raison pour laquelle nous avons contacté la Banque africaine de développement et lui avons dit que nous avions besoin de son soutien pour faire notre travail de manière beaucoup plus efficace afin que la plupart des PME locales puissent en profiter, car travailler dans le secteur du pétrole et du gaz nécessite des certifications internationales, et cela coûte très cher d’obtenir une certification. Avec les IOC et l’industrie pétrolière et gazière dans son ensemble, c’est comme la Ligue des champions. Si vous n’êtes pas au niveau de la Ligue des champions, vous ne pourrez tout simplement pas jouer.

Invest in Africa travaille actuellement avec un certain nombre d’acteurs clés du secteur du pétrole et du gaz. Quels ont été les défis à relever jusqu’à présent, et les mesures que vous avez prises pour que la relation entre les IOC et l’IIA continue de prospérer?

Je ne peux parler que de BP et de Woodside parce que ce sont eux qui nous ont amenés ici, et qui nous ont donné les informations pertinentes qui ont permis à IIA d’être là où nous sommes aujourd’hui. Ils nous ont soutenus. En fin de compte, le pétrole et le gaz au Sénégal est un secteur nouveau et personne ne le connaît parfaitement car les découvertes à grande échelle sont très récentes. C’est un secteur émergent au Sénégal, et c’est pourquoi il est important de soutenir les acteurs locaux.

Au fil des années, l’IIA a participé à un certain nombre de conférences, de webinaires et d’événements sur l’investissement. Quel impact pensez-vous que des conférences de haut niveau telles que la prochaine conférence MSGBC Oil, Gas, & Power 2021 peuvent avoir en termes de promotion des investissements dans le secteur de l’énergie et de développement de nouvelles opportunités commerciales dans la région MSGBC?

Si vous vous associez au ministère du pétrole et de l’énergie, à COS-PETROGAZ et à COPERES, je pense que vous obtiendrez vraiment la visibilité que vous recherchez, car ce sont les principales institutions qui couvrent essentiellement tout ce qui concerne le secteur du pétrole, du gaz et des énergies renouvelables au Sénégal. Comme je l’ai mentionné, nous avons environ 1 776 PME crédibles qui sont dans notre plateforme, mais c’est aussi parce que nous avons reçu un fort soutien du gouvernement et des IOC. Nous pensons également que la conférence MSGBC Oil, Gas & Power 2021 sera phénoménale, et nous sommes convaincus que de nombreuses entreprises y participeront, car il est dans leur intérêt de savoir que le Sénégal a découvert du pétrole et du gaz et qu’il est très bien placé pour devenir un acteur clé du bassin MSGBC. De nombreux sujets seront abordés concernant l’énergie, le pétrole et le gaz, les possibilités d’exploration, le nouveau cycle d’octroi de licences, la révolution du gaz naturel, etc. Il sera très important pour les PME locales d’y assister, afin de pouvoir rencontrer toutes les entreprises internationales et faciliter les coentreprises et la coopération sur de nouveaux projets.

Pour conclure notre entretien, quel serait votre dernier message aux investisseurs concernant le Sénégal et le potentiel du pays en tant que destination d’investissement, et pourquoi devraient-ils considérer l’IIA comme partenaire lorsqu’ils font des affaires dans la région?

Je dirais que je leur souhaite la bienvenue au Sénégal, car c’est un pays très stable. Deuxièmement, nous voulons nous assurer que les entreprises locales obtiennent également leur part du pétrole et du gaz. Nous accueillons donc volontiers toute entreprise internationale désireuse de venir et de créer des coentreprises avec des PME locales, ce qui entraînera un transfert de connaissances, car il est tout à fait essentiel que les PME locales aient également les capacités, d’ici 5 à 10 ans, de se débrouiller seules. Nous souhaitons la bienvenue aux investisseurs qui viennent au Sénégal, car il s’agit d’un secteur tout nouveau pour nous tous, et ils auront certainement besoin de l’expertise et de l’expérience de l’industrie pétrolière et gazière, ainsi que de leur savoir-faire. Et finalement, à un moment donné, à long terme, le Sénégal sera en mesure de saisir la balle et de courir avec.

En réponse à la demande croissante en énergie renouvelable et à l’intérêt des parties prenantes d’investir, de développer et de réussir dans le contexte africain, Energy Capital & Power organisera la Conférence MSGBC Oil, Gas & Power 2021 qui se déroulera du 2 au 3 décembre 2021. Axée sur le renforcement des partenariats régionaux, la stimulation des investissements et le développement dans les secteurs du pétrole, du gaz et de l’électricité, la Conférence réunira acteurs privés et investisseurs internationaux, désireux de s’informer et se positionner quant aux opportunités énergétiques en Afrique.

Pour en savoir plus sur la Conférence, rendez-vous sur: